top of page

Prospection du karst d'Atacama

Dernière mise à jour : 13 avr. 2022

Ojo de Opache et Cordillera de la Sal - quelques notes

Par Natalia Morata


Le phénomène karstique est relativement rare au Chili. Cependant, l'un des paysages karstiques les plus fascinants au monde se trouve dans le sud de la Patagonie, entre les latitudes 50 et 51 S, face au Pacifique et dans l'une des régions les plus pluvieuses de la planète. Le fait de trouver une zone de calcaire creusée par l'eau est à l'origine des expéditions de l'association spéléologique française Centre Terre, qui explore les karsts de l'île Diego de Almagro et de l'archipel Madre de Dios depuis la fin des années 1990.


Les phénomènes pseudo-karstiques dans les régions voisines, comme le champ de glace du sud de la Patagonie, peuvent fournir des informations pertinentes sur ce qu'a pu être l'époque du dégel, lorsque ce calcaire méridional était exposé.


L'exploration et l'étude de la zone et des grottes qui s'y sont formées ont mis en lumière la fascinante histoire géologique du site, ainsi que de nombreux autres aspects que vous pouvez découvrir dans les documentaires, les reportages et les livres publiés par Centre Terre.


Bien qu'elles ne soient pas abondantes, il existe d'autres zones karstiques extraordinaires au Chili qui ont également attiré des expéditions spéléoscientifiques, comme le groupe italien La Venta dans la Cordillère de la Sal, dans la région d'Antofagasta.

Vallée de la Lune, Cordillère de Sel

Photos : Natalia Morata


Au nord du Chili, au milieu du désert d'Atacama, il y a du karst. Et "karst" signifie qu'il y a probablement des grottes. Et le fait qu'il y ait des grottes est une attraction irrésistible pour tout spéléologue.


Aussi, lorsque Raúl Painén m'a dit qu'il serait intéressant d'aller voir certains "trous" qu'il avait repérés, je n'ai pas hésité. Sur le plan professionnel, Raúl travaille dans le groupe de secours de la GOPE (Groupe d'opérations spéciales de la police) à Calama. En 2021, il a terminé le module II de l'atelier de spéléologie à Santiago et, à partir de ce moment, il s'est intéressé encore plus à voir les possibilités d'appliquer les techniques et les équipements de spéléologie dans son domaine de travail.

Forage minier Photos : Raúl Painén, Natalia Morata


C'est ainsi que les 22 et 23 mars 2022, nous avons organisé deux journées intenses de prospection. L'objectif était double : d'une part, voir les lieux pour organiser un futur stage de spéléologie pour les groupes de secours du Nord et, d'autre part, voir le potentiel du site pour organiser une future expédition de Centre Terre dans la région.


Les lieux choisis par Raúl ne pouvaient pas être meilleurs : le canyon de l'Ojo de Opache (à seulement 13 km à l'ouest de Calama) et une grotte dans la Cordillère de la Sal, près de San Pedro de Atacama. En outre, il m'a également emmené dans un autre de ses domaines d'activité : un forage mineur.


Ojo de Opache - karst du Loa

C'est un magnifique canyon karstique qui est en passe d'être déclaré sanctuaire naturel car il s'agit de l'une des zones humides les plus importantes de la région.

Zone d'escalade, à l'ouest de Ojo de Opache

Photos : Natalia Morata


D'un point de vue karstique, il est curieux d'observer comment le calcaire a émergé après un processus de karstification qui semble très ancien, mais qui a laissé toutes les marques du passage de grandes quantités d'eau dans la zone (cannelures, encoches, etc.).

Ojo de Opache

Ojo de Opache

Photos Raúl Painén, Natalia Morata


La source, située sur le côté est du canyon, présente de petites galeries parallèles au cours d'eau avec des concrétions et du calcaire qui semble plus pur que le calcaire de surface.

Source Ojo de Opache

Photos : Natalia Morata


Outre sa valeur en termes de biodiversité, le site est un joyau qui nous permet d'observer divers aspects des phénomènes de karstification, et ceci à l'air libre !


Gouffre du gaz - Cordillère de Sel

Sur le côté est de la route CH-23 reliant Calama à San Pedro de Atacama, s'ouvre un grand trou.

Certains disent qu'une météorite est à l'origine de ce grand trou, d'autres qu'il a été formé par l'action de l'eau... Ce qui est sûr, c'est que cet imposant gouffre s'ouvre au milieu d'un paysage de sel, de gypse, d'argile, de quartz... Depuis l'entrée, on peut voir un trou noir à la base du premier puits, ce qui semble indiquer que la cavité continue. Mais la seule façon de le vérifier est de descendre...

Gouffre du gaz, provisoirement baptisée en l'absence de nom connu

Photos : Raúl Painén, Natalia Morata


En 2014, lors de l'opération de recherche de Kurt Martinson, un guide touristique disparu à San Pedro de Atacama (et jamais retrouvé), le GOPE a installé des pieux profonds à quelques mètres de l'entrée du gouffre afin de pouvoir le descendre. Le type de terrain rendait impossible l'installation d'ancrages et de fractionnements. Nous avons donc utilisé les mêmes piquets comme ancrages de tête et des protecteurs de corde pour les endroist avec plus de frottement, empêchant ainsi la corde de s'enfoncer trop profondément.

Descente de la Gouffre du Gaz

Photosa : Raúl Painén, Natalia Morata


A la base du premier puits, un rocher a servi d'ancrage naturel pour nous permettre de descendre les deux ressauts qui nous ont permis de continuer notre descente. Aucun courant d'air n'était perceptible, mais le conduit semblait se poursuivre sur une rampe sablonneuse, à en juger par le bruit des pierres que nous y avons jetées. Après le premier ressaut d'environ deux mètres, apparaît une roche plus compacte qui, le cas échéant, permettrait d'installer des ancrages. Cependant, après avoir descendu le deuxième ressaut d'environ trois mètres, j'ai dû faire demi-tour rapidement après avoir senti une intense odeur de gaz (semblable à celle que l'on ressent lorsqu'on mélange de l'eau de Javel avec du nettoyant pour toilettes). La sensation était celle d'un vertige et d'un essoufflement.

Base du puits et un des piquets.

Photos : Raúl Painén, Natalia Morata


Un tel constat devait être signalé. Cependant, ce site particulier ne semble pas être sous l'administration d'une agence ou d'une communauté et il n'était donc pas clair à qui donner l'information. La CONAF et la GOPE ont été informées. L'idéal serait d'effectuer une enquête sur les gaz.


La Vallée de la Mort - Cordillère de Sel

Entre San Pedro de Atacama et Quitor se trouve la Vallée de la Mort, un magnifique paysage de gypse, d'argile, de sel et de quartz ciselé et dissout par l'action de l'eau. Le parcourir c'est un peu comme marcher dans les cannelures et les lapiaz tourmentés de Madre de Dios, mais sous un soleil de plomb, sur un terrain extrêmement fragile et instable, et au milieu du désert le plus sec du monde, à 2000 mamsl.

Valle de la Muerte

Photos : Raúl Painén, Natalia Morata

En bref, les lieux choisis par Raúl sont extraordinaires, tant pour l'organisation d'un stage (Ojo de Opache) que pour l'exploration. L'exploration est assez délicate et exposée, il n'est donc pas recommandé de la faire sans la compagnie de spéléologues expérimentés.


Quant à Centre Terre, nous sommes actuellement concentrés sur la préparation de l'expédition Ultima Patagonia 2023, mais Atacama est déjà bien présent dans notre radar...


Je remercie tout particulièrement Lorena et Rayén pour leur hospitalité, le GOPE Calama pour son excellente prédisposition, ses informations et son soutien et Raúl pour son professionnalisme et pour avoir été un si bon compagnon d'aventures.

 

Liens utiles :


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page